Calculateur
de bouteilles

Cartes
cadeaux

Interview de Julien Herbert

Publié le : 
05/07/2017
Catégorie: 

Il y a quelque temps, c'était au tour de Julien Herbert de répondre à mes questions sur son quotidien. Lors d'une dégustation dans sa maison de Rilly-la-Montagne à l'est de Reims, Julien me raconte son histoire familiale et sa détermination à relever le défi du lancement de sa propre marque. Je découvre avec intérêt une volonté de fer à la hauteur de ses ambitions ! 

> Découvrez les Champagnes Julien Herbert

Parlons un peu de votre histoire : était-ce une évidence de créer votre propre Champagne Julien Herbert ?
J’étais un peu bercé dans le Champagne de par mes parents et mes grands-parents, puisque je suis la 4ème génération à reprendre l’exploitation familiale. J’ai deux autres frères dans ce domaine-là également, et la question s’est posée de savoir si nous faisions une exploitation familiale. Mais c’est toujours compliqué de travailler en famille, et j’ai donc voulu relever le challenge de créer ma propre marque, et de tout remettre à mon idée qui était plus contemporaine que celle de mes parents. Il fallait tout revoir et j’ai préféré repartir de zéro et recréer une marque qui me ressemble. 

Aujourd’hui, qu’est-ce qui vous semble le plus difficile dans le métier de vigneron ?
Le plus dur c’est la taille quand il fait mauvais temps. Par exemple quand ça doit se faire sous la neige… C’est long puisque ça dure 5 mois de l’année, et on prend l’hiver de plein fouet !

Inversement, quel est le moment que vous préférez dans l’année, par rapport à l’activité de vigneron ?
La période que je préfère c’est la vendange ! C’est la récolte de toute une année de travail, donc c’est la plus agréable. Je n’ai pas encore connu d’année difficile donc ça reste vraiment la période la plus attendue, encore plus après les passages stressants de la fin d’été quand il fait chaud et qu’il y a des orages de grêle.

Et en dehors du Champagne, quelle est votre occupation favorite quand vous avez un moment de répit ?
Le seul moment de l’année où on a un calme plat au niveau du travail c’est le mois d’août, donc on en profite pour prendre des vacances en famille, souvent en Espagne. Ma femme a vécu plus de deux ans à Barcelone donc on a quelques affinités avec ce pays !

Parlons un peu gastronomie… Quel accord met-Champagne nous recommanderiez-vous de tester ?
Pour moi, ce qui s’accorde le mieux avec le Champagne ce sont les coquillages, les crustacés et le poisson. En particulier, avec ma femme notre petit « bébé » dans la gamme c’est le Blanc de Blancs qu’on aime servir avec des huitres.

Donnez-nous votre astuce anti-gaspillage : s’il reste un peu de Champagne non bu au fond d’une bouteille, qu’en faites-vous ?
C’est impossible, il faut se forcer ! Non plus sérieusement on peut en faire une marinade, par exemple pour du gibier. Une épaule de chevreuil marinée pendant 24 heures avec du miel et un petit reste de Champagne, c’est délicieux.

Pour finir, auriez-vous un conseil, une astuce à donner aux futurs mariés qui nous lisent ?
Pour en avoir assez, il faut en prévoir trop ! Surtout que ça se conserve. Et bien sûr, à servir au tout dernier moment pour qu’il soit bien frais.

Champagne Julien Herbert

Photos : Anne Lemaître

Archives: